Cours proposés

L’association “Vivre en pleine présence” propose différents axes de travail

  • Travail de renforcement des axes de solidité par le biais de mouvements assis et debout, seul ou à deux.
  • Travail d’enchaînement de mouvements (mouvement codifié) dans l’objectif d’apprendre à se mettre en action tout en gardant le lien avec son intériorité.
  • Travail d’intériorisation (introspection sensorielle) : un moment de calme et d’écoute de ses perceptions et des effets sur soi.
  • Travail d’expressivité visant à exprimer un ressenti interne et de mouvement libre avec et sans musique.

L’association propose 3 méditations  Pleine Présence  et 3 cours collectifs hebdomadaires

  • Tous les cours sont précédés d’une Méditation Pleine Présence. Les méditations sont indépendantes du cours, les adhérents peuvent, à leur convenance, participer soit à la méditation, soit au cours, soit aux deux.
  • Le mardi matin : méditation 9h30-10h00 – cours 10h00-11h30
  • Le mardi soir : méditation 19h30-20h00 – cours 20h00-21h30
  • Le samedi matin : méditation 9h30-10h00 – cours 10h00-11h30

L’association propose 3 matinées d’approche manuelle par an

  • Ces ateliers se déroulent à la gare de l’Etat salle E de 9h10 à 12h30. Ils auront lieu les Samedi 26 octobre 2019, 22 février 2020 . Elles proposent une découverte du toucher de relation manuel en binôme, sur table de soin. Ces conditions d’accompagnement permettent à la personne qui est allongée de mieux se relâcher et donc de mieux percevoir l’animation à l’intérieur de son corps ; et à celui qui procure le toucher de mieux la ressentir au travers de ses mains. Ce travail en binôme permet de se découvrir dans son rapport à l’autre et apprend à se positionner dans une relation d’empathie équilibrée.

“La sensorialité du mouvement prend corps à chaque fois qu’une zone d’inconscience gestuelle est vaincue.

Quand on étudie un mouvement on doit s’intéresser à la nature du mouvement qui est en train de se faire,

mais surtout à la nature du mouvement qui ne peut pas se faire.”

(Bois, cité par Leao, 2003, La présence totale au mouvement, p. 218)